Etoile sportive de Bully-les-Mines : site officiel du club de foot de Bully-les-Mines - footeo

Histoire du Club

 

Le club a été fondé en 1920 par un ingénieur des mines passionné de football, Monsieur Perussel.

Le Stade fut construit en 1920 et appartenait à la compagnie des Mines de Béthune puis aux H.B.N.P.C, les tribunes furent construites en trois semaines par l'entreprise Peulabeuf. De part son concept, le stade etait à la pointe du modernisme.

Les installations des plus modernes de l'époque ont permis de remporter le championnat d'artois la première année.

5 ans plus tard, l'Es Bully accède à la PH Artois Maritine Picardie.

Huit années ont suffi à l'étoile sportive de Bully pour évoluer aux côtés des plus grands: Olympique Lillois, US Tourcoing fondée en 1898 et l'AC Amiens fondé en 1901.

C'est en 1945, que notre Stade prends le nom de René Corbelle.

René Corbelle est né le 2 janvier 1897 à Bully les Mines, il etait boucher, il est affecté pendant la première guerre mondiale au 103 ième régiment d'artillerie Lourde et participe aux opérations de l'Aisne, en sort Sergent, Croix de guerre, Etoile de bronze.

Durant la seconde guerre, il participe à de nombreuses opérations de la résistance, il meurt sous le feu de l'ennemi le 2 septembre 1944, lors de la dernière action de résistance pour la libération de l'Artois à Auchy les Mines.

La Coupe de France et L'ES Bully, une grande HISTOIRE !

En 1926/1927, L'Es Bully élimine le Red Star au 4ième Tour de la Coupe de France.

En 1927/1928, L'Es Bully se fait éliminée par US Quevillaise en 32ième de Finale de la Coupe de France sur le score de 1-0.

En 1931/1932, L'Es Bully se fait éliminée par RC de France en 32ième de Finale de la Coupe de France sur le score de 4-1.

En 1932/1933, L'Es Bully élimine l'AS de Strasbourg sur le score de 1-1 puis à la maison 3-1 en 32ième de Finale de la Coupe de France et accède au 16ième de Finale et se fait éliminée par l'OGC de Nice sur le score de 1-0.

En 1933/1934, L'Es Bully se fait éliminée par le FC de Mulhouse en 32ième de Finale de la Coupe de France sur le score de 3-1.

En 1934/1935, L'Es Bully se fait éliminée par le RC de Roubaix en 32ième de Finale de la Coupe de France sur le score de 3-1.

En 1935/1936, L'ES Bully se fait éliminée en 32ième de Finale par FCO Charleville (D2) ( 3- 1 ), après avoir éliminée le Havre AC (D2)

En 1941/1942, En pleine guerre, L'ES Bully élimine en 1/8 ième de Finale AS Raismoise ( 4- 1 ), et se fait éliminée en 1/4 de Finale par OIC Lillois ( 1-0))

En 1942/1943, L'ES Bully se fait éliminée en 1/8ième de Finale par RC LENS

En 1943/1944, L'Es Bully se fait éliminée par le EF Paris-Capitale en 32ième de Finale de la Coupe de France sur le score de 5-1.

En 1945/1946, L'Es Bully élimine US Valenciennes-Anzin sur le score de 1-1 en 32ième de Finale de la Coupe de France et accède au 16ième de Finale et se fait éliminée par Toulouse FC sur le score de 2-0.

En 1946/1947, L'Es Bully se fait éliminée par l'US Valenciennes-Anzin sur le score de 2-0 en 32ième de Finale de la Coupe de France.

En 1947/1948, L'Es Bully se fait éliminée par le Stade Bethunois sur le score de 3-1 en 32ième de Finale de la Coupe de France.

En 1949/1950, L'ES Bully élimine en 32ième de Finale SC Dracénois sur le score de 1-0 se fait éliminée en 16ième de Finale par Le Havre AC (D2) ( 3- 0 )

En 1950/1951, L'ES Bully élimine en 32ième de Finale AS Cherbourgeoise-Stella sur le score de 3-2 se fait éliminée en 16ième de Finale par SO Montpelliérain ( 5 - 1 )

En 1953/1954, L'Es Bully se fait éliminée par USAC de Romilly sur le score de 4-1 en 32ième de Finale de la Coupe de France.

En 1957/1958, L'Es Bully se fait éliminée par le Stade de Reims sur le score de 4-0 en 32ième de Finale de la Coupe de France.

En 1958-1959, le club atteint les 16ieme de Finale de la Coupe de France, en battant en 32ième ES Bully-les-Mines (DH) 2 - 1 US Valenciennes Anzin (D1) à Dunkerque et devient l'un des premiers clubs amateurs a éliminé un club Pro Eliminé en 16 ième de finale par l'Olympique lyonnais (D1) 4 - 0 ES Bully-les-Mines (DH) au Havre

En 1959/1960, L'Es Bully se fait éliminée par AS Hautmontoise sur le score de 2-1 en 32ième de Finale de la Coupe de France.

Dans cette épreuve, chère aux coeurs des footeux, l'ES Bully réussit ! Elle atteint 12 fois les 32ième de Finale et 5 fois les 16ième de Finale, une fois les 8ième de Finale et une fois les 1/4 de Finale.

Il participe au Championnat de France de football 1941-1942, dans la poule de zone interdite, en compagnie par exemple de l'US Valenciennes-Anzin ou de l'Excelsior Roubaix et du RC Lens où ils finissent 9ième.

Après la guerre, il évolue en CFA groupe Nord de sa création en 1948/1949 (4ième) où la concurrence des clubs pros est rude, et de nombreux joueurs quittent le club pour évoluer dans de nouvelles couleurs ( RC Lens, Losc, Sedan, Toulouse, le Havre, Red Star), 1949/1950 (4ième) et 1950/1951 ( 11ième relégué ), puis de 1952/1953 (5ieme) et de 1953/1954 ( 12ième relégué ). L'ES Bully doit lutter pour se maintenir, mais hélas, en 1962, le club retrouve la Promotion Artois Picardie.

En 1974, elle retrouve la Division D'honneur ( DH ) mais là encore, un mal implacable sévit le chômage ! et pour des raisons faciles à comprendre le club est obligé de se priver d'excellents joueurs, en quête d'emploi.

Après avoir traversé avec succès diverses épreuves, et sous l'implusion de Mr Vancaille et de son Manager Général J.C Devenyns, le club retrouve la PHR en 1993.

Les installations ont subi un liffting et sont dignes d'un grand club. Pépinière du football français l'a été : 26 joueurs professionnels ont débuté à Bully et sont allés porter haut les couleurs de l'Artois en Europe et dans le Monde.

Des joueurs comme Defosse, Bourbotte, Bigot, Dereudre, Eloi, Strappe, Krawczyk, Stakowiak joueront en Equipe de France A.

En 2006, un nouveau tournant pour le club, avec l'arrivée de Pascal Peltier qui prends en charge le poste de Manager Général, et conduit en 2011 à la montée en PH.

Depuis 2011, l'équipe première reste parmi l'élite du groupe, et loupe de peu la montée en DHR en fin de saison 2013.

Une nouvelle organisation est née ! Et les équipes ne cessent de progresser.

En 2007, création des "Amis de L'ESB" association qui gére les projets aux profits des jeunes : Arbre de Noël, Stage de Foot pendant les vacances scolaires.

2007 : labellisation de l'école de Football GARCON par le district et la FFF

2014 : labellisation de l'école de Football FILLE par le district et la FFF

Pour la saison 2012-2013, création de la section féminine, et première équipe sénior féminine qui remporte son championnat et signe un doublé en allant chercher la Coupe D'artois.

Le club participe à de nombreuses actions caritatives, dont par exemple la dernière en date Décembre 2013 avec l'asso Algie vasculaire de la face.

Les jeunes équipes participent depuis plusieurs années à des tournois dans toutes les grandes villes de France : Montpellier, Bordeaux, Toulouse, Evian.

 

Série - « les Bullygeois et le football français »

 

Les légendes bullygeoises

 

Connu depuis quelques années déjà pour son excellent travail de formation auprès des jeunes, l’étoile sportive de Bully-les-Mines est pourtant l’un des plus grands clubs français « pourvoyeur de talents ». Tombé dans l’oubli avec le temps, nombreux seront surpris de savoir que l’ESB a envoyé de grands joueurs issus de son sein garnir les rangs de l’équipe de France de football, notamment avant la seconde guerre mondiale. Petit tour d’horizon de ceux qui ont connu le succès en équipe nationale de football et qui ont été formés ou sont passés par notre club.

 

Le soutien des compagnies minières au football régional n’est pas une légende mais bien une réalité. On en veut pour preuve, le stade de Bully qui était considéré au début du 20e siècle comme l’un des plus beaux stades français (son histoire fera prochainement l’objet d’un article). Le travail ne manquant pas dans notre région à cette époque, nombreux étaient ceux qui venaient y poser leurs valises et qui alliaient travail au fond des mines et plaisir, en pratiquant le football au sein d’un club. C’était le cas de l’étoile sportive de Bully. Des joueurs de grands talents ont donc fait les beaux jours de notre club et de l’équipe de France.

 

Le premier d’entre eux déroge pourtant à la règle. Il n’était pas issu d’une autre région ou naturalisé mais bel et bien Bullygeois. Né le 22 juin 1930 à Bully-les-Mines, ce formidable joueur a eu une carrière fantastique qui en ferait rêver plus d’un aujourd’hui. Qui est-ce ? René Dereuddre.

 

 

Des débuts prometteurs

 

Employé aux ateliers centraux de Bully-les-Mines en 1944, dés l’âge de 14 ans, il signe sa première licence de football le 1er juin 1942 comme « sous-minime ». Vainqueur de la Coupe du Nord des Juniors en 1946, il intègre l’équipe première à 17 ans et ceci jusqu’à ses 20 ans. Formidable manieur de ballon, il décide alors de s’engager au CORT de Roubaix. Faisant étalage de ses qualités, il tape dans l’œil du sélectionneur de l’équipe de France B et remporte son premier match avec cette sélection contre le Luxembourg, 2 buts à 0. Vient alors le moment d’effectuer son service militaire. Incorporé au 43e régiment d’infanterie de Lille, il est vite détaché au Centre Sportif de Paris où il sera sélectionné à 8 reprises au sein de l’équipe de France militaire.

 

 

Une carrière de footballeur professionnel

 

Passionné de football, doué balle aux pieds, il tente sa chance pour devenir footballeur professionnel. Bien le lui en pris. Quittant son emploi aux Ateliers Centraux de Bully-les-Mines en juillet 1950, il doit néanmoins attendre quatre ans pour recevoir la bonne nouvelle : il est retenu chez les tricolores pour faire un match contre la Belgique. Le 30 mai 1954, au Heysel, il joue avec deux autres Bullygeois : Strappe et Vincent. Egalement en compagnie du fameux Koppa, René Dereuddre décroche un bon match nul, 3 partout.

 

Une première sélection qui en a appelé d’autres puisqu’il sera six fois international A et ceci de 1954 à 1957. Il participera même à la Coupe du Monde 1954 où il a rencontré la Yougoslavie, le Mexique, la RFA, la Belgique et l’Espagne.

 

Vainqueur de la Coupe de France 1957

 

Le 26 mai 1957, ce Bullygeois rencontre avec son équipe de Toulouse (entraîné par Jules Bigot, lui aussi Bullygeois) le club d’Angers en finale de la Coupe de France. Une finale qu’il remporte sur le score sans appel de 6 buts à 3. Un match qu’il a marqué de son empreinte à jamais puisqu’il y inscrit les deux premiers buts de l’équipe toulousaine.

 

Il terminera une carrière bien remplie à Nantes puis à Grenoble.

René, de là haut, les licenciés Bullygeois d’aujourd’hui ne t’ont pas oublié ! BRAVO

Suite de la série « les Bullygeois et le football français », d’ici quelques jours !

Sources :

  • Equettes Décembre – Janvier 1954 – Livre « Les immortels du football nordiste »

  • Ateliers de recherches historiques de Bully-les-Mines

AVIS AUX PARENTS ET AUX SUPPORTERS

Afin de rendre le site encore plus attrayant, n'hésitez pas à prendre photos ou même vidéos de matchs de toute catégorie ou d'évenements liés au club et les envoyer à esbully@footeo.com.

Elles seront publiées et feront le bonheur de tous.

D'avance merci